Photographies : les Maquis, Antoine Bruy

27_anotinebruy02

Crédits photo : Antoine Bruy

Ça me regarde…


Voici une maison triangulaire, un petit auvent au toit de tôle recouvert de pierres et de branches mortes, supportant un discret panneau solaire. Voici un homme, cigarette roulée à la main, chandail élimé, barbe de trente jours, le regard dingue. Voici un univers désordonné, sale, crasseux ; voici un monde de bric et de broc. Voici le domaine de la récupération, de la juxtaposition sans coordination des matières (plastique, tissu, bois, métal, peau, chair, etc.), des formes (triangle, rond, droite, ovale, rectangle, carré, courbe, surtout courbe, etc.) et des idées (utopie, système D, anti-mondialisme, décroissance, autonomie, fuite, marginalité, sauvagerie, physionomies dérangeantes, exode urbain, écologie, etc.) Voici les Maquis, les photographies d’Antoine Bruy.

On pourrait penser que ces photos ne sont qu’un avertissement inoffensif de plus, qu’un appel à l’indignation et qu’elles ne présentent aucune instabilité : qu’elles sont des photos-choc, dignes de figurer dans un numéro spécial du Courrier International intitulé « Comment vit l’autre moitié ». On pourrait assumer que, lorsque je regarde ces photos dans une galerie des pentes de la Croix-Rousse, je m’étonne/m’offusque un coup, puis je rentre chez moi en sifflotant, pour manger du hachis Parmentier. On pourrait dire que ces photos consolident et consomment la rupture entre le centre (moi) et la marge (eux).

Mais ces photos ne font pas l’effet d’un témoignage, ni d’un cliché de presse : au bancal, à la saleté, au désordre des maisons et des individus, répond l’harmonie, la propreté et la symétrie du cliché, toujours soigné, cadré, et s’avançant en paix. Elles ne sont pas prises sur le fait ni « volées à l’instant » : elles ne tentent pas d’en appeler aux émotions en reproduisant dans leur cadrage, ne serait-ce qu’en partie, l’instabilité de ceux et de ce qu’elles montrent. Elles sont lointaines, mais non prises d’une autre marge.

Ainsi construisent-elles un ordre, un équilibre : elles sont à la fois périphériques (par ce qu’elles montrent) et centrales (par la façon dont elles le montrent). Roland Barthes dit que l’utopie est l’avers de la réalité, qui est l’envers : les deux faces de la médaille sont présentes dans les photos des Maquis. Cet accouplement biface, qui est celui entre le regardant et le regardé, s’est déjà effectué, en dehors de moi, bien avant moi : la question s’est déjà posée, la tension est déjà advenue, point n’est besoin de moi pour la forger. C’est donc moi l’outsider réel de ces photos, pas ces marginaux utopiques qui ont voulu construire un monde branlant. C’est moi qui viens dérégler cet ordre, déjà construit par ces photos avant que j’arrive. C’est pour cela que ça me regarde : ça me scrute, ça me juge, ça me reproche d’être là, de venir mater. Je suis le maquisard de ces photos, l’intrus qui vient espionner la complémentarité du photographe et des photographiés, le tiers exclu.

C’était là avant moi : ces photos sont indépendantes, juxtaposées sans coordination. Elles ne pointent personne, ne visent personne, et les quelques individus photographiés ne nous observent pas : tout au plus observent-ils le photographe.

C’est pourquoi le mélange réussit : je vois les photos et j’en repars déstabilisé, non par l’instabilité des photos, mais par leur stabilité même : Antoine Bruy, dans le texte de présentation, parle de la « rassurante vulnérabilité » de ces bâtis et de ces idéaux ; sans doute cette vulnérabilité l’a-t-elle rassuré, mais cette assurance fraîche acquise a déteint sur ses photos, et a empreint cette faiblesse ; or une vulnérabilité sûre d’elle-même, voilà qui a de quoi inquiéter.

Allez donc jeter un coup d’œil, ça vous regarde.

Marceau

27_anotinebruy05

Crédits photo : Antoine Bruy

27_anotinebruy09

Crédits photo : Antoine Bruy


27_anotinebruy20

Crédits photo : Antoine Bruy

27_anotinebruy11

Crédits photo : Antoine Bruy

Crédits photo : Antoine Bruy

Crédits photo : Antoine Bruy

L’exposition  Les Maquis se tient du 12 mars au 2 mai à l’atelier/galerie L’Abat-Jour (33 rue René Leynaud à Lyon, 1er arrondissement)

http://www.labatjourphoto.com

http://www.antoinebruy.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s