Au milieu du silence, des mots (2) : Lucie

“Questionner et se questionner, c’est là qu’il y a urgence”… Comment ne pas acquiescer. Cette démarche réflexive, qui est au coeur de l’activité humaine, doit en effet continuer d’exister comme pratique individuelle ; mais elle doit aussi, dès aujourd’hui, se réinventer comme pratique collective. C’est pourquoi je voudrais dire l’importance de ce que l’on nomme – et ce n’est pas pour rien – “humanités” :

Nous, étudiants en philosophie, en sociologie, en géographie, en sciences politiques, en littérature, en langues, en histoire, en théâtre, en sociologie, nous enfin, jeunes, nous acteurs en devenir des sciences humaines, engageons-nous à prendre en charge ce questionnement, à le rendre fructueux et riche ; réaffirmons l’importance de réfléchir sur un temps long, de croiser les disciplines ; osons êtres acteurs aussi par notre pensée, avec pour seul mot d’ordre de rester, toujours et avant tout, profondément humanistes.

Un article américain disait, très justement je crois, qu’en frappant les 10è et 11è arrondissements, la terreur visait symboliquement la jeunesse, la culture et la joie. Soyons à nouveau cette jeunesse-là ! Abandonnons tout à fait nos postures d’étudiants parfois pusillanimes. Croyons en la force des humanités à poser les bonnes questions. Haut les coeurs.

Lucie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s