Merci Patron ! : François Ruffin en chef scout

Quoi, vous ne l’avez pas encore vu ? C’est pourtant le must-seen de tous les jeunes intellos de la race de ceux qui lisent cette revue, le film qui recueille dans la presse gauchiste des articles élogieux, dans la presse grand public des articles positifs-et-distanciés, dans la presse de droite, je sais pas je suis sectaire… Enfin voilà, vous l’avez reconnu, c’est « Merci Patron ! ». On pourrait parler du geste militant, on pourrait parler du bad et good buzz, de la stratégie de communication en petits bouts de ficelle, on pourrait parler du succès inespéré d’un film confidentiel. On pourrait même parler capitalisme (ce dont finalement, le film parle peu). Mais si ce film a plu même à ma maman, c’est bien grâce à l’incroyable dignité des personnages qui ressort de ce film, malgré l’intrigue, malgré le contexte.

Soyons clair, le film n’est pas un documentaire, c’est une aventure, une farce filmée, pleine de rebondissements improbables, une succession d’intrigues dans les intrigues.

Certains diraient un vidéo-gag en caméra cachée de 1h30, ce serait pas tout à fait faux, à la différence profonde de l’intention. Ici, le but n’est pas d’humilier, de se moquer, du chaland. Dans le film, même la « victime » de la farce s’en sort à pas si mauvais compte. On ne sent aucune intention de nuire, juste de rire un peu. Soutirer de l’argent à LVMH et Bernard Arnault ressemble à un jeu. Un jeu où le perdant reste celui qui dispose de la première fortune de France et les gagnants restent des salariés pauvres de Picardie, mais un jeu où tout le monde peut ENFIN jouer.

Ce jeu est orchestré par François Ruffin, redac’chef du fabuleux journal Fakir, qui porte haut les couleurs rouge-verte-un peu brune dans le paysage médiatique. D’aucuns lui reprochent « d’utiliser » la famille Klur, les héros qui réussissent à soutirer de l’argent et un emploi à LVMH. Moi, et je sais de quoi je parle, je le vois comme un bon chef scout qui anime un jeu où tout le monde joue et où même les plus faibles peuvent gagner. Tout animateur sait que pour que les moins forts puissent jouer vraiment, il faut savoir les accompagner. C’est pour ça que l’on a envie de dire de François Ruffin qu’il est un saint. Dans son attitude, dans ses propos, dans sa propre mise en scène. Pas de voyeurisme, pas de misérabilisme, pas de condescendance, juste de la vérité, de la bienveillance et cette indécrottable envie de rassembler, de dire et de montrer les dégâts de la désindustrialisation. Les Klur, qui semblent si fragiles, il ne les prend pas pour des abrutis, il ne parle pas à leur place non plus, il montre le plus humain chez l’humain. Et ils savent très bien faire ce qu’il faut faire, jouer, dans tous les sens du terme. Même les acteurs de LVMH apparaissent pour ce qu’ils sont, des êtres faillibles, des humains malgré tout leur pouvoir et leur argent. Et ils jouent aussi. Et à la fin du jeu, celui qui a perdu a perdu, et peut-être se demande-t-il pourquoi il a perdu, ou si ça vaut la peine de vouloir autant gagner à chaque fois alors que ce n’est pas bien grave de perdre. Et celui qui est dans l’équipe des gagnants est bien content, il en sort grandi et digne.

Ruffin, un saint donc, mais pas tout à fait un prophète : on a la pêche en sortant du film, oui, mais on est pas tout à fait sûr de ce qu’il faut faire avec cette pêche. S’abonner à Fakir, évidemment, qui est tout aussi incroyablement bienveillant, exigeant sans être pompeux, avec des vrais thèses sans être exclusifs et agressifs, vulgarisant sans être vulgaire. Mais sinon ?

Peut être que ce film tient aussi parce qu’il n’est pas un geste militant total, un truc qui va du constat à l’action en passant par la théorisation, te forçant la raison à adhérer au raisonnement. Avec « Merci Patron ! », on est bien forcé de réfléchir soi-même. Comme après un jeu scout, non ?

Joseph d’Halluin.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s